Olivia Zeitline

Rituel pour libérer sa créativité artistique

Texte Olivia Zeitline & illustrations Fiona Mc Kerrell

fiona-mc-kerrel-3

1

⚛ Pratiquer un rituel 

Quand on dit rituel, on pense parfois à quelque chose de fou, d’extrêmement traditionnel et de très codifié voir à une cérémonie religieuse. Or un rituel peut prendre bien des formes différentes et être pratiqué de façon simple et moderne s’intégrant facilement dans nos modes de vie contemporains et nos emplois du temps serrés. Ce qui compte n’est pas la forme du rituel mais sa trame qui lui confère sa portée sacrée et sa puissance symbolique. Le rituel permet de passer de l’esprit à la réalisation concrète, de ce qui est dans les airs à la matière. Il est un formidable vecteur de transformation de l’idée et permet de dépasser les blocages qui pourraient empêcher le processus de création artistique.

2

⚛ Renverser ses croyances 

Souvent on se dit que d’abord on fait les trucs chiants, on démarche, on gagne de l’argent et ensuite, si on réussit tout ça, on s’autorisera à créer comme une sorte de récompense. Or, les lois de l’univers ne fonctionnent pas comme ça. C’est exactement l’inverse. Plus on s’autorise à créer, plus toutes les choses de notre vie qui sont bloquées viennent à nous car à ce moment là on est en alignement avec nous-mêmes. Plus on est aligné, plus tout vient à nous comme par magie. Si on prend de la hauteur, on voit que chaque chose qui arrive ne tient à rien ou plutôt à un enchainement complexe et millimétrique d’événements en cascade. Le meilleur moyen d’agir dessus est énergétique et plus nous sommes bien dans nos baskets, plus nous envoyons de l’énergie créatrice dans l’univers qui nous reviendra comme un boomerang.

Faire de l’acte de création une priorité 

Bien souvent, nous nous donnons des excuses et nous trouvons toujours des choses plus importantes à faire que de créer : éditer une facture, envoyer un courrier urgent, aller prendre un verre avec un ami d’enfance… Quand il s’agit de démarrer un processus créatif, on a, comme par hasard, des impératifs vitaux à faire en priorité qui nous empêchent de nous mettre devant notre feuille, de prendre notre crayon ou notre appareil photo. Pour pallier à ce premier blocage voici une technique efficace : l’alarme du téléphone. Programmez une alarme quotidienne à une heure qui vous arrange et à laquelle vous pensez pouvoir vous libérer. Décidez d’une durée moyenne que vous pouvez accorder à votre création. Cela peut être court, même 30 minutes peuvent suffire car le plus important est d’être assidu. Le fait de mettre un alarme permet de faire passer ce moment au centre de votre vie. Tout doit être fait avant ou après et vous devez vous organiser pour vous libérer. Le moment de création devient la priorité, votre plaisir devient votre priorité. C’est votre moment pour vous, qui vous permet de vous recharger et d’être encore plus apte après à donner aux autres, à effectuer les commandes. C’est le pilier central qui recharge vos batteries et vous permet ensuite de redonner l’énergie ailleurs, même dans des domaines très différents.

4

⚛ Dépasser la peur du vide 

Quand nous arrivons au moment fatidique, bien souvent nous avons peur du vide, de ne rien pouvoir sortir de nous. Parfois nous sommes tétanisés, nous nous détestons d’être comme ça et nous ne voulons plus jamais le revivre en nous empêchant toute tentative de création ultérieure. Or, le vide fait partie de la création car c’est en lui que se trouve le tout et donc la source d’inspiration. C’est dans le silence que tout naît. Il convient donc de plonger en lui. Pour dépasser le vide, le mieux est d’écrire pourquoi on a peur du vide. C’est un bon moyen pour déjouer la peur et passer à l’action progressivement. Et puis, pourquoi pas aussi prendre dans ses mains un objet porte-bonheur, qui ferait nous sentir accompagné, comme une pierre, un bijoux, une sculpture…

5

⚛ Se connecter à soi-même ⚛

Se connecter à nous-mêmes, à notre être suprême, celui qui dévoile le génie en nous, qui sait sans apprendre et qui ressent le grand tout, demande de perdre le contrôle de cette partie de nous qui maîtrise son petit monde. C’est comme accéder à une autre dimension de notre conscience. C’est pour cela que l’acte créatif guérit. Il nous ramène à l’unité avant notre naissance, nous sentons que nous ne formons plus qu’un avec l’univers des possibles. Atteindre cet état de nirvana demande de lâcher les jugements, les croyances, le bien ou le mal pour juste être. C’est comme entrer dans une sorte de transe, de danse rythmée par le tempo de l’univers. Et comme toute création vient d’un son dans notre monde physique, ce qui aide à trouver cet état de transe est la musique. Mettez vos casques et laissez-vous danser par ce qui vous traverse.

6

⚛ Répéter ⚛

C’est la répétition du rituel qui crée toute sa puissance car c’est dans la répétition que se trouve la perfection. Dans la vie, tout se répète et c’est ce qui fait qu’elle est vivante justement. Trouver un petit peu de temps chaque jour pour au final créer un empire.

7

⚛ Laisser opérer la magie ⚛

Et puis, la magie arrive si elle doit arriver. Nous, nous faisons ce qu’il faut pour ça et puis c’est autre chose qui décide, une force qui nous dépasse mais qui sait très bien où elle nous mène. Tout ce que nous avons à faire est de nous faire du bien. Le reste n’est pas entre nos mains mais entre celles du grand tout.

fiona-mc-kerrel-2

L6

Merci à Fiona Mc Kerrell pour les illustrations de cet article. 

Olivia Zeitline

Quand les fonds marins envahissent la ville

Présentation des collages de Lily Mixe par Olivia Zeitline

aurelie-prigent-1

aurelie-prigent-2

aurelie-prigent-3

aurelie-prigent-4

aurelie-prigent-5

aurelie-prigent-6

Lily Mixe est une artiste plasticienne française qui colle ses illustrations tentaculaires principalement dans les rues de Londres où elle habite. Passionnée par les formes organiques des fonds marins, elle nous emporte dans un paradis perdu où des créatures animales féminines et enveloppantes décorent nos rues quotidiennes. Un merveilleux plongeon dans l’océan, tout habillé à la sortie du métro, comme dans un rêve éveillé.

Olivia Zeitline

Pâques, le temps des miracles

Texte Olivia Zeitline & illustration Charlotte Le Brun

illustration-blog-charlottelebrun12

Pâques, c’est le temps des oeufs en chocolat, des réunions de famille et de l’agneau ruisselant tout droit sorti de chez le boucher, mais Pâques, c’est aussi le temps des miracles.

Comme le Christ qui a ressuscité d’entre les morts, Pâques est le moment de l’année qui nous rappelle que tout est possible, que nous pouvons revenir d’entre les morts. Nous avons le devoir de vivre notre vie et non de la regarder défiler, c’est le moment du réveil, de l’éveil au septième Ciel. Alors laissons nos bourgeons éclorent et revenons d’entre les morts vivants.

Comment véritablement vivre sa vie ? En laissant l’énergie d’amour circuler dans nos veines. Il existe deux énergies dans l’univers : la peur ou l’amour. L’amour est l’énergie qui donne la vie et donc celle qui peut faire naître ce que nous voulons dans nos existences.

Souvent nous assimilons amour et possession, amour et attachement, amour et relation, amour et utopie. Or l’énergie d’amour est neutre. C’est une énergie qui naît au moment où nous sortons de la dualité du bien et du mal. Comment pardonner quelqu’un que l’on décrit comme mauvais ou comment s’aimer si l’on se trouve le dernier des nuls ? En comprenant que rien n’est bien ou mal car tout dépend de notre perception. Parfois les choses « négatives » amènent du « positif » et chaque chose a sa place dans les étoiles.

Changeons de point de vision et élevons nous. Dans la tradition juive Pâque veut dire passer au dessus, voir au delà des nuages, élargir son champ en grimpant au sommet de la montagne. Les événements sont des expériences que nous pouvons vivre sans les juger en prenant de la hauteur.

A partir de là nous ne générons plus de la peur mais de l’amour. A partir de là, nous n’avons plus de limites car nous pouvons commencer à nous aimer véritablement. Nous pouvons transmuter la peur en amour et créer des passerelles invisibles, des chemins magiques vers nos destins. Il se passe des choses que nous n’aurions pu imaginer et c’est tout le fonctionnement cosmique qui se met à notre service.

Pâques nous rappelle que les miracles sont quotidiens, qu’ils sont l’essence même de la vie mais que nous l’avons trop souvent oublié. Pâques nous rappelle que tout est possible dans l’énergie d’amour. A partir de là, nous ressuscitons au quotidien.

L9

Merci à Charlotte Le Brun / Studio Lowpolar d’avoir illustré cet article ♥

Olivia Zeitline

Ce que nous montre l'enchaînement des éléments naturels de ce mois de mars 2015

Texte Olivia Zeitline & illustration Julie Zeitline

Les oiseaux-julie-zeitline-1

En ce mois de mars 2015, les éléments naturels s’enchaînent entre l’équinoxe, la marée du siècle, les éruptions solaires, les aurores boréales et, dans le ciel, le carré Uranus Pluton. Cette conjonction rarissime crée un déchaînement d’émotions dans nos organismes et le message est clair, déchaînons nous à enlever nos chaînes. Posons nos intentions de renouveau et balayons nos vieux schémas pour avancer vers de nouveaux hémisphères. 

A l’équinoxe, le soleil change d’hémisphère céleste, il change de bord, vire de coté. L’équinoxe est un passage, le franchissement d’une frontière symbolique qui arrive deux fois pas an. De l’été à l’automne on passe de ce qui illumine aux profondeurs de nos racines et donc du conscient à l’inconscient. De l’hiver au printemps on met en lumière, on passe de l’inconscient au conscient.  L’équinoxe est un point d’intersection. C’est donc naturellement l’une des meilleures périodes de l’année pour faire remonter à la surface ce qui est enfoui et qui doit être transformé, transmuté. Et cela peut faire bizarre, voire même peur, car remontent de nos profondeurs des émotions cachées qu’on préférerait souvent ne pas voir mais qui sont à libérer.

Le 20 mars 2015, l’équinoxe entraîne en même temps la grande marée du siècle car les forces d’attraction de la Lune et du Soleil se conjuguent pour donner naissance à un phénomène astronomique, mathématique, une marée au coefficient atteignant les maximum dite du «siècle» qui revient en général tous les 18 ans. C’est l’océan qui nous montre l’exemple du grand nettoyage, qui passe un coup de propre sur nos littoraux, nos côtes, les os de notre cage thoracique et nous appelle à un nouveau souffle.

Tout ça est en plus accentué par la conjonctions des planètes et le carré Uranus Pluton. Comme nous sommes une partie d’un immense être vivant, nous sommes tous interconnectés les uns aux autres. Ainsi comme la Lune a une influence sur les marées, les planètes ont des effets sur nos ressentis. Un carré en astrologie est une rencontre entre deux forces puissantes. En ce moment, il s’agit de Pluton qui représente la transmutation extrême et d’Uranus dans son aspect de le faire maintenant. Donc accrochez-vous si ça secoue dans vos vies c’est normal car nous sommes carrément dans une période de turbulences célestes qui secouent. Le changement est imminent et tout ce qui n’a pas été nettoyé va fuire par tous les trous.

La très forte éruption solaire du 11 mars 2015 qui a eu un effet sur certains réseaux de télécommunication, nous montre symboliquement la voie du repli sur nous mêmes pour aller voir en nous et non à l’extérieur ce qui est à transformer. On a pu aussi observer des aurores boréales en France le 17 mars ce qui n’était pas arrivé depuis onze ans. Ces phénomènes lumineux étaient décrits par des peuples anciens comme le jour remplaçant les ténèbres. A nous donc de remplacer notre ombre par notre lumière.

Cet enchaînement des éléments naturels peut provoquer en nous cette impression de tsunami, de sortie de l’iceberg. Une grosse partie de ce qu’on gardait bien au chaud dans nos intestincts remonte et la digestion est plus ou moins fluide pouvant provoquer de grosses fatigues, l’impression d’être engourdi du matin au soir, des gros stress, des pressions dont nous n’avons pas l’habitude et de grandes difficultés à se relaxer.

Dans de nombreux calendriers (perse, badï, tamoul, bengali), le nouvel an coïncide avec l’Equinoxe du mois de mars. L’Equinoxe est donc une date de départ, de renaissance et de renouveau si on regarde la nature et le cycle des saisons. En ce mois de mars 2015, profitons donc de cette période de grands remous externes et internes pour prendre un nouveau départ.

Et quoi de mieux pour une nouvelle floraison que de se construire son propre rituel de transformation ? On oublie bien souvent l’importance et surtout la puissance d’un rituel sur nos quotidiens. Et pourtant un rituel, même simple et rapide, peut avoir une grande portée symbolique s’il entraîne des prises de conscience. Peu importe la forme de celui-ci, ce qui compte c’est de faire un de bilan de ce qui nous empêche d’évoluer et nous encombre et de ce que nous aimerions voir apparaître. Mettre par écrit permet de concrétiser ce qui est dans les airs, ce qui n’a pas de consistance. Le fait de lui donner du poids matériellement le fait remonter à la surface comme un système de floraison.

Puis dans ce rituel, visualisons que nous rendons ce qui nous encombre aux éléments naturels afin qu’ils le transmutent en même temps que leur grand nettoyage et visualisons que nous créons nos changements en nous. Cette période est le moment idéal pour manifester de nouvelles intentions dans la matière terrestre car, c’est illuminé par un nouveau soleil, que celles-ci se concrétiseront au quotidien.

L2-couleur-2

Merci à Julie Zeitline d’avoir illustré cet article ♥ 

Olivia Zeitline

Se connecter à des âmes de chats

Interview de Guillaume, fondateur des Châmes par Olivia Zeitline

chames-reecrire-2

Peux-tu décrire ton projet les « Châmes » ?

Les Châmes sont des âmes de chats qui vous veulent du bien. Ils sont un symbole qui incarne la possibilité d’une vie après la vie, et diffusent des ondes positives dans votre quotidien. C’est un projet d’illustrations spirituelles dans lequel chaque tableau est accompagné d’une petite phrase de réflexion. Je travaille également sur pas mal de choses, dont un roman qui racontera l’histoire d’une âme de chat dans l’au-delà.

Quel est ton parcours et comment en es-tu venu à créer les « Châmes » ?

Je m’appelle Guillaume et j’ai 30 ans. Depuis mon plus jeune age, j’ai toujours eu des intuitions sur l’après vie, et j’ai toujours «su» que je ferai quelque chose d’important de ma vie, et quand je dis important ce n’était pas présomptueux, mais quelque chose qui avait du sens. Après avoir fait une école d’art, je me suis installé à mon compte en tant que directeur artistique et motion designer, mais il me manquait quelque chose. J’ai toujours su que j’aurais un projet d’illustration avec un personnage récurent et que cela me nourrirait intellectuellement, artistiquement.

C’est lors d’un voyage en Australie que tout a changé. Suite à une rupture amoureuse, j’étais malheureux, perdu, et me retrouver à l’autre bout du monde m’a mis face à moi même, dans un contexte où je n’avais vraiment plus rien à perdre. Et c’est naturellement que j’ai commencé à dessiner des petites âmes de chats. Chatton est un surnom qui me suit depuis des années, alors les chats se sont imposés comme une évidence. Quant au fait de dessiner des âmes, j’imagine que c’est cette part de moi-même reconnectée à la vie qui s’est exprimée.

Les Châmes m’ont beaucoup aidé à évoluer, grandir, m’affirmer en tant que personne, en tant qu’homme. A travers ce projet, j’ai envie de partager les ondes positives des Châmes, et de partager le bien-être qu’ils me procurent. Ils donnent un sens à ma vie, et si ce symbole peut diffuser du bien-être ne serait-ce qu’à une seule personne, alors j’aurai tout gagné, et accompli cette mission importante que j’avais ressentie dès mon plus jeune âge.

Qu’est ce qui est dur dans la création d’un projet seul et quelles philosophies t’aident au quotidien ?

La création d’un projet seul est une aventure extra-ordinaire. Contrairement à ce que je pensais, il ne s’agit pas que d’un voyage intérieur, mais d’un voyage qui mène à lire, rencontrer des gens, et s’inspirer de ce qui me plaît pour le retranscrire à travers Les Châmes.

Le plus dur serait pour moi de rester dans l’émotion, et de ne pas m’abandonner à la matière. Je me rends compte qu’avec les Châmes, ce qui fonctionne avant tout sont leurs messages, non la façon dont ils sont dessinés. Il faut donc resté concentré, et chaque jour continuer à travailler. Quel que soit le temps que cela prendra, il faut continuer et continuer. J’adore cette phrase qui dit que celui qui échoue réellement est celui qui abandonne avant d’avoir réussi. Si quelque chose nous anime réellement, alors il faut persévérer, expérimenter, tester, jusqu’à trouver la solution qui fonctionne, qui soit en accord avec vous, votre potentiel, et votre public. Il faut que cela soit un réel échange d’amour, et non quelque chose qui aille à sens unique. Je crois que c’est cela le plus dur, savoir faire la part des choses entre les moments de création seul, et le partage de son projet. Il faut savoir trouver le bon équilibre.

Que conseilles-tu pour trouver sa voie ?

Simplement de suivre son cœur.
Je dis toujours que derrière les nuages de nos émotions se cache la lumière de notre cœur.
Je ne pense pas que l’on trouve sa voie, je pense que si l’on écoute réellement son cœur, on a déjà toutes les réponses aux questions que l’on se pose, même si parfois cela paraît difficile.

Comment les chats nous aident ?

Rien n’arrive pas hasard et si un chat arrive dans votre vie, il vous aidera certainement d’une façon ou d’une autre. Que ce soit en vous transmettant son amour, en captant vos énergies, en vous guidant. Le chat est un animal hautement spitituel qui jouit d’une personnalité et d’une sagesse hors du commun.

Communiques-tu réellement avec les chats, les châmes et comment ?

Je pense que tout le monde communique avec les chats. On leur parle tous, que ce soit à voix haute ou dans sa tête. La communication ne se limite pas à la verbalisation. Quand vous caressez votre chat, vous lui communiquez votre amour.

Certains mediums disent canaliser des messages d’animaux, et particulièrement de chats de façon télépathique. Ce n’est pas mon cas, du moins je ne le fais pas de façon confiante. En revanche, il m’arrive parfois d’avoir une connexion avec les Châmes, une intuition, une idée, un concept qui arrive de nulle part et qui s’impose à mon esprit, et que je dois retranscrire. C’est peut-être comme cela que je fonctionne avec les Châmes, je travaille en équipe avec eux, et je suis l’interprète de leurs messages. Je retranscris leur sagesse avec ma personnalité et mes mots.

Retrouvez les illustrations, les expositions et toutes les actualités des Châmes sur leur site web et leur page Facebook.

chames-reecrire-1

Olivia Zeitline

L'escalade sacrée

Présentation des dessins de Kylam par Olivia Zeitline

kylam-reecrire-1

kylam-reecrire-2

kylam-reecrire-5

do-what-thou-wilt-1_4

tumblr_nhz1vi7iBg1tiq6fbo1_1280

imm016_8

kylam-overdose-1-photo-hugo2-670

Kylam est un illustrateur français qui mélange avec doigté formes-pensées ludiques, monstres sympathiques et figures symboliques. Réalisant à la fois des illustrations, des fresques murales et des tatouages, Kylam digère le langage surréaliste pour le ressortir sur ses créations en créant de nouveaux chemins de traverses, une montée sacrée dans des profondeurs mystiques.

Olivia Zeitline

Shine

Une chanson de Yvo Abadi, Paula Braconnot, Eric Caspar & Mika de Brito

Avoir la foi dans le soleil, rêver d’impossible et prier pour l’amour. C’est le message de cette chanson « Shine » chantée par Paula Braconnot (artiste plasticienne et musicienne), composée par Mika de Brito (professeur de yoga et musicien) et Yvo Abadi (musicien, batteur de Amadou et Mariam). Elle est sortie sur l’album Dynamic Yoga sorti chez Nature & Découvertes qui accompagne le décollage méditatif vers soi-même et d’autres contrées paradisiaques et volcaniques. En souvenir d’une journée de septembre à laisser le soleil briller, voici le clip réalisé par Dominique Filhol / Mercure films. Merci à Arnaud Crassat pour la performance artistique « rainbow ».

Olivia Zeitline

L'intelligence du coeur : vers une société de coopération ?

Interview de Jean-Marie Pelt par Olivia Zeitline pour le livre de Trinh Xuan Thuan

FaceUnivers-1

Je suis heureuse de vous annoncer la sortie du livre du célèbre astrophysicien, bouddhiste, Trinh Xuan Thuan, « Face à l’Univers » publié aux éditions Autrement et auquel j’ai participé en réalisant l’interview du botaniste, écologiste, Jean-Marie Pelt. Trinh Xuan Thuan s’exprime sur la façon dont l’astrophysique a redécouvert une connexion ancienne puissante et inspirée entre l’homme et l’univers et questionne les liens entre la science, la spiritualité, l’art et la philosophie en donnant la parole à Jean d’Ormesson, Edgar Morin, Philippe Desbrosses, Fabienne Verdier, Joël de Rosnay, Matthieu Ricard, Jean-Marie Pelt et Jean-Claude Guillebaud.

J’ai rencontré Jean-Marie Pelt pour lui poser mes questions. Quel sens donner au fonctionnement de l’univers pour avancer vers une nouvelle forme de société ? Comment les plantes peuvent nous y inspirer ? Quel est le rôle du coeur ? Selon lui, les plantes nous montrent l’exemple de la coopération. En temps de crise, elles survivent en s’entraidant et c’est ce que nous avons à faire : revoir la loi du plus fort pour aller vers une intelligence du coeur qui nous permettra de nous ajuster à l’équilibre de la consommation. Nous avons à apprendre à nous nourrir du vide pour puiser en nous les ressources du bonheur et découvrir ainsi notre spiritualité.

Comme Jean-Marie Pelt, Trinh Xuan Thuan est à la fois scientifique mais aussi croyant. Il pensent tous deux que la science et la spiritualité sont complémentaires et cherchent à transmettre la foi dans la vie pour comprendre qui nous sommes et nous laissé guider par l’Univers.

Trinh Xuan Thuan est né au Vietnam en 1948. Quand la guerre éclate, sa famille quitte Hanoï pour Saïgon. Francophone de culture, il a étudié en Suisse puis aux États-Unis (à Caltech puis à Princeton) où il a obtenu un doctorat en astrophysique sous la direction de l’éminent astrophysicien Lyman Spitzer, père du téléscope Hubble. Depuis 1976, il est professeur à l’université de Virginie. Il a reçu en 2009 le prix Kalinga de l’Unesco et, en 2012, le prix mondial de la fondation Simone et Cino del Duca pour l’ensemble de son œuvre de vulgarisation scientifique en langue française.

Botaniste et écologiste de la première heure, président-fondateur de l’Institut européen d’écologie à Metz, Jean-Marie Pelt a très tôt tiré la sonnette d’alarme contre la dévastation que l’homme est en train d’infliger à sa planète et aux autres espèces vivantes.

Découvrez le livre sur le site des éditions Autrement.

couverture-face-a-univers

Merci à Barroux d’avoir illustré le livre ♥