L’intelligence du coeur : vers une société de coopération ?

Je suis heureuse de vous annoncer la sortie du livre du célèbre astrophysicien, bouddhiste, Trinh Xuan Thuan, « Face à l’Univers » publié aux éditions Autrement et auquel j’ai participé en réalisant l’interview du botaniste, écologiste, Jean-Marie Pelt. Trinh Xuan Thuan s’exprime sur la façon dont l’astrophysique a redécouvert une connexion ancienne puissante et inspirée entre l’homme et l’univers et questionne les liens entre la science, la spiritualité, l’art et la philosophie en donnant la parole à Jean d’Ormesson, Edgar Morin, Philippe Desbrosses, Fabienne Verdier, Joël de Rosnay, Matthieu Ricard, Jean-Marie Pelt et Jean-Claude Guillebaud.

J’ai rencontré Jean-Marie Pelt pour lui poser mes questions. Quel sens donner au fonctionnement de l’univers pour avancer vers une nouvelle forme de société ? Comment les plantes peuvent nous y inspirer ? Quel est le rôle du coeur ? Selon lui, les plantes nous montrent l’exemple de la coopération. En temps de crise, elles survivent en s’entraidant et c’est ce que nous avons à faire : revoir la loi du plus fort pour aller vers une intelligence du coeur qui nous permettra de nous ajuster à l’équilibre de la consommation. Nous avons à apprendre à nous nourrir du vide pour puiser en nous les ressources du bonheur et découvrir ainsi notre spiritualité.

Comme Jean-Marie Pelt, Trinh Xuan Thuan est à la fois scientifique mais aussi croyant. Il pensent tous deux que la science et la spiritualité sont complémentaires et cherchent à transmettre la foi dans la vie pour comprendre qui nous sommes et nous laissé guider par l’Univers.

Trinh Xuan Thuan est né au Vietnam en 1948. Quand la guerre éclate, sa famille quitte Hanoï pour Saïgon. Francophone de culture, il a étudié en Suisse puis aux États-Unis (à Caltech puis à Princeton) où il a obtenu un doctorat en astrophysique sous la direction de l’éminent astrophysicien Lyman Spitzer, père du téléscope Hubble. Depuis 1976, il est professeur à l’université de Virginie. Il a reçu en 2009 le prix Kalinga de l’Unesco et, en 2012, le prix mondial de la fondation Simone et Cino del Duca pour l’ensemble de son œuvre de vulgarisation scientifique en langue française.

Botaniste et écologiste de la première heure, président-fondateur de l’Institut européen d’écologie à Metz, Jean-Marie Pelt a très tôt tiré la sonnette d’alarme contre la dévastation que l’homme est en train d’infliger à sa planète et aux autres espèces vivantes.

Découvrez le livre sur le site des éditions Autrement.

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Si vous avez aimé cet article et que vous appréciez le magazine Réécrire, faites un joli petit don en cliquant ici. Tous les contenus Réécrire existent grâce à vous et vos généreuses participations. Merci, love & share.