En un coup de craie cosmique

philippe_baudelocque_3

Vous avez peut être déjà croisé ces fresques éphémères très proches et en même temps très lointaines du street art ? Philippe Baudelocque se fait connaître grâce à un mur noir qui s’est présenté à lui par hasard. C’est par une belle journée de 2009, en se promenant à Paris, qu’un de ses amis lui dit «tu voudrais pas dessiner dessus ?». Il se lance et le dessin fera le tour de la blogosphère. Il reçoit des messages du monde entier. L’univers de la toile lui fait signe, c’est une révélation. Il sait ce qu’il doit faire maintenant et il n’a jamais lâché sa craie depuis. Le plus important c’est de se lever tous les matins avec le sourire.

Nouvelle figure spirituelle de la trace blanche, muni de ses baskets, il réalise des performances in situ. Il tâtonne en aveugle et se repère au toucher sur ces grandes surfaces. A mains nues, il s’acquitte des repères spatiaux temporels. Il change la dimension de ses croquis réalisés sur des carnets pour les transposer sur des façades. Il change d’échelle comme d’univers.

Ses dessins en eux mêmes abolissent aussi les repères de la réalité matérielle. Des systèmes solaires forment des cellules composant des corps humains. De la galaxie à l’atome, il n’y a qu’un pas. On passe de l’infiniment petit à l’infiniment grand en un coup de craie cosmique.

Et puis, la localisation de ses fresques amène la faune en milieu urbain. Il intègre des animaux au paysage bétonné. Ne faudrait-il pas faire plus de place au vivant en ville ? Ne vous étonnez donc pas de voir des pieuvres, éléphants, chouettes, vaches, chats, et autres baleines en haut d’un escalator ou sur un rideau de fer.

Si ses fresques s’effacent avec le temps elles ouvrent une porte galactique à tout électron libre cherchant son vaisseau.

BAUDELOCQUE - russia

BAUDELOCQUE - toile panthere

BAUDELOCQUE - toile CHAT

BAUDELOCQUE - geometrie

philippe_baudelocque_4

philippe_baudelocque_2

philippe_baudelocque_7

philippe_baudelocque_8

BAUDELOCQUE - fusion phasmes 3

BAUDELOCQUE - alliance

EnregistrerEnregistrer

Si vous avez aimé cet article et que vous appréciez le magazine Réécrire, faites un joli petit don en cliquant ici. Tous les contenus Réécrire existent grâce à vous et vos généreuses participations. Merci, love & share.