Quand la projection numérique devient réalité

En travaillant la lumière on peut transformer le sens du monde. Joanie Lermercier artiste visuel (membre du label Antivj) tente de reproduire la réalité grâce à ses projections lumineuses. Son Saint Graal à lui serait de trouver l’illusion d’optique ultime, celle qui ferait que l’on ne puisse plus faire la différence entre l’illusion et le réel. Si nous arrivons à dupliquer la réalité comment serons nous certains que celle dans laquelle nous sommes existe vraiment ?

joanie-lemercier-9

– IDENTITÉ –

Age : 31 ans

Résidence : sans domicile fixe, vogue de pays en pays selon les projets.

Parcours : autodidacte, influencé par sa mère professeur de dessin et d’arts plastiques. Diplômé d’une école de webdesign et de développement, il se lance en freelance en Angleterre avant de tomber par hasard sur les arts visuels et le vjing puis de basculer dans les projections numériques.

Médiums : lumière, projections architecturales, dessin, land Art.

Projets marquants : de nombreuses projections numériques sur des grands bâtiments depuis quelques années avec le label Antivj, des expositions en galeries depuis plus d’un an : la galerie Muriel Guépin, New York représente son travail, du vjing et des projections pour des concerts.

Web : Joanie Lemercier Antivj

– INTERVIEW –

La lumière est au centre de ton travail ?

Je travaille essentiellement l’influence de la lumière sur la perception visuelle. Comment flouer la limite entre perception, réalité et illusion ? J’aime l’idée que l’on perçoive le monde uniquement avec la lumière, sans elle nous n’avons plus aucun repère. En travaillant la lumière on peut transformer le sens du monde. J’aime le trompe l’œil : comment remplacer un objet qu’on pense réel par une projection.

Pourquoi créer des projections sur des origamis ?

J’aime la façon dont le papier réagit à la lumière, en fonction des angles de projection. La lumière tape sur une face et crée une lumière indirecte qui se diffuse autour et qui est plus riche en dégradés avec la réfraction. L’origami me permet de revenir au pliage, à quelque chose de plus manuel à réaliser, de sortir de l’écran d’ordinateur plat et rectangulaire. Cela me permet de travailler sur la perception du volume. Je pars généralement d’une une forme très simple que je réalise en origami puis que je multiplie à l’infini avec le plus d’unité possible. Depuis peu, j’essaye de suggérer des mouvements, des explosions, des fragments.

L‘origami est fascinant car il représente une perfection géométrique ?

Oui, je suis aussi fasciné par le nombre d’or que tu retrouves dans certains légumes, dans la nature ou dans certains patterns, par la géométrie sacrée et le mystère des pyramides. Comment les égyptiens ont-ils réussi à construire ces structures ? Cela rajoute un peu de magie dans nos vies.

Cherches-tu à recréer la réalité via des projections numériques ?

Mon rêve est de réaliser une projection ou l’on ne fait plus la différence entre la réalité de l’illusion. Je suis encore en train d’expérimenter et je cherche les clés de l’altération de la réalité visuelle. Grâce aux nouvelles technologies, on s’approche de la limite où on sera plus capable de faire la différence. Mon but est de trouver cette illusion d’optique ultime pour dupliquer la réalité.

Qu’est ce que la réalité ?

Le fait d’avoir envie de créer une réalité virtuelle aussi proche de celle que l’on connaît pose la question de savoir si notre réalité n’est pas aussi une illusion depuis le début ? C’est le scénario de plein de films, dans Matrix quand ils se connectent, ils arrivent dans un autre monde. Qu’est ce qui nous prouve que ce qu’il y a au delà de ce que nous percevons existe, un peu comme dans un jeu vidéo où l’on croit être dans un monde mais ou il n’y a rien derrière les niveaux ? La réalité autour de nous me semble quand même tangible. Je n’ai encore jamais eu de preuve que la réalité n’existe pas.

Penses-tu que l’on perçoit tous la même chose ?

Non, on sait que 2 individus ne peuvent pas percevoir la même chose. Par exemple au niveau de la lumière, on sait que personne ne voit les mêmes couleurs. Les sensations sont différentes en fonction des cultures. L’émotion, la mémoire jouent un rôle dans la perception.

Penses-tu qu’il existe des univers parallèles ?

D’autres univers c’est sur, on le sait un peu tous, ça n’aurait pas de sens qu’il n’y en ait pas d’autres. On a découvert tellement de choses et on a tellement de chose à découvrir. Parallèles je ne sais pas. L’idée de l’infini est assez intéressante en tout cas. La question du rêve me fascine aussi , qu’est ce qui nous prouve que les rêves ne sont pas la réalité ?

joanie-lemercier-3

joanie-lemercier-2

joanie-lemercier-7

joanie-lemercier-6

joanie-lemercier-1


joanie-lemercier-5

EnregistrerEnregistrer

Si vous avez aimé cet article et que vous appréciez le magazine Réécrire, faites un joli petit don en cliquant ici. Tous les contenus Réécrire existent grâce à vous et vos généreuses participations. Merci, love & share.